Association Historique de Mons-en-Baroeul. Active depuis 2000, elle rassemble plus de 150 membres. L'Association Historique de Mons en Baroeul organise des visite du fort de mons, des expositons et des publications

 

Société
Enseignement
Culture
Sport
Entreprises
Commerçants
professions libérales
14-18
39-45

  
 

Actu & Annonces
TREVE HIVERNALE POUR LES VISITES DU FORT MACDONALD

Association Historique
de Mons-en-Baroeul

 

 

Mémoire vivante

 

Le bombardement du 28 mai 1940

Yves Vansoeterstede, de Quimper, donne d'intéressantes précisions sur la « guerre­ éclair » de 1940 à Mons : « J'ai habité au n° 30 de la rue Pasteur de 1930 à 1954, avec une interruption de 1944 à 1949 ... C'est avec un plaisir immense que j'ai lu (votre) livre... Outre les compliments que je vous adresse pour ce travail « de mémoire », comme on dit aujourd'hui, je désire apporter un témoignage quant aux événements du mardi 28 mai 1940 (et non du 26 comme mentionné).

 

« J'avais 16 ans à l'époque, et ce jour-là, à 8 h du matin, je me trouvais à l'angle des rues Pasteur et Daubresse-Mauviez* en compagnie d'une dame que je connaissais sous le nom de "Mademoiselle Élise ". Je n'en sais pas plus à son sujet, mais elle habitait l'une des maisons proches du carrefour. L'épicerie du coin était devenue un magasin des Nouvelles Épiceries du Nord - N.E.N. Nous étions seuls, quand des avions Stukas sont apparus dans l'axe de la rue de la Pépinière et, toutes sirènes hurlantes, ont piqué. Mlle Élise m'a proposé de me mettre à l'abri chez elle, mais j'ai préféré rejoindre mon domicile où m'attendait mon père. J'y arrivais quand les bombes sont tombées, provoquant une fumée noire jusque chez nous. Bien m'en a pris car le coin de la rue a été pulvérisé et Mlle Élise y a laissé sa vie.»

 

« Les Stukas, une dizaine en tout, autant qu'il m'en souvienne, s'étaient divisés en deux groupes, l'un ayant pour objectif l'angle de la rue Pasteur, et l'autre celui de la rue Franklin. L'un de mes camarades, André Thieffry, habitait au 44 de cette rue, et un morceau de rail de tramway et son socle de béton avaient été projetés dans son jardin. « Tout ceci pour dire que ces évènements se sont produits le 28 mai, et non le 26, et que ce fut par bombardement aérien, et non par tir d'artillerie ». Jacques Cauwel, autre adhérent, précise que ce bombardement « a rasé deux maisons rue Pasteur » (trois selon une autre source) : « le commerce à l'angle de la rue et la maison particulière contiguë, appartenant à M. et Mme Berest (propriétaires mais non occupants). »

Les plus gros dégâts ont eu lieu rue Daubresse-Mauviez, à hauteur de la rue Franklin où le café d'angle, le « château » Courtecuisse qui l'avoisinait à gauche et la boulangerie en face ont été détruits, ainsi qu'une partie de l'ancienne poste. Il y aurait eu sept ou huit tués.

Cinq figurent dans le registre des décès de 1940, tous décédés à 8 h 05, déclarés par le garde-champêtre Gustave Dhalluin et portant la mention « Mort pour la France » depuis 1946. Ces noms figurent sur le monument aux morts parmi les dix-sept « victimes civiles » monsoises de la guerre 1939-1945.

 

Les voici : Marie Verhille-Sageart, 56 ans, tenancière du café, Félicité Caron-Delmer, 47 ans, domiciliée 6 pavillon Bel-Air, Jérôme Deswarte, 63 ans, journalier, 9 rue du Châlet, Louise Lamour, 46 ans, et sa fille Raymonde, 10 ans, 5 rue Franklin. Pas de mention de « Mlle Élise » mais il arrivait que des corps restent ensevelis sous les décombres, les décès ne pouvant être enregistrés. Une attaque de Stukas, à la même époque, a détruit une maison dans la rue Jean Jaurès (à côté du commerce actuel de légumes), pour neutraliser une batterie de canons installée dans les jardins. D'autres bombes seraient alors tombées rue Mirabeau et au bout de l'avenue de la Sablière, détériorant une maison du pharmacien Paul Parsy. * Aujourd'hui rue du Général de Gaulle.

 

Texte Yves Vansoeterstede

 

 

retour
haut de page

Association Historique
de Mons-en-Baroeul