Association Historique de Mons-en-Baroeul. Active depuis 2000, elle rassemble plus de 150 membres. L'Association Historique de Mons en Baroeul organise des visite du fort de mons, des expositons et des publications

 

Société
Enseignement
Culture
Sport
Entreprises
Commerçants
professions libérales
14-18
39-45

  
 

Actu & Annonces
TREVE HIVERNALE POUR LES VISITES DU FORT MACDONALD

Association Historique
de Mons-en-Baroeul

 

 

Mémoire vivante

 

Le café Saint-Mathias

Le café Saint-Mathias se trouvait au n° 265 bis route de Roubaix (qui deviendra la rue Daubresse-Mauviez). L'adresse actuelle est le 257 rue du Général de Gaulle. Il avait été construit par Louis Lucien Pagnerre, le père de Gabriel Pagnerre. Ce dernier avait eu son premier cabinet d'architecture juste à côté au 265 (n° 255 à ce jour). Sur cette photo prise en août 1939, un mois avant la déclaration de la guerre, on découvre étonnamment une certaine joie de vivre. Les clients attablés sont tous de la famille Poissonnier, à l'exception de l'artiste peintre Joseph Colomar à l'extrême droite. Cette famille sera gravement éprouvée au cours de cette guerre, qui n'a pourtant pas l'air de s'annoncer. Henri Poissonnier, né en 1900, absent lors du passage du photographe, sera arrêté le 19 juin 1944. Une rue monsoise porte le nom de ce résistant, déporté en Allemagne dans les mines de sel de Kokendorf et mort au camp de Vainingen en février 1945. De gauche à droite posent pour la photo : Jean Vannehuin, Denise Poissonnier, née en 1923 (fille d'Henri, avec un caniche sur les genoux), Agnès Vannehuin-Poissonnier (la femme de Jean et sœur aînée de Denise) née en 1918, Noémie Dangreau-Poissonnier (la tante), Maria Meheus-Poissonnier, née en 1895 (la mère d'Agnès, Denise et Henriette), Henriette Poissonnier, née en 1933 (la plus jeune sœur), Alfred Poissonnier (le père d'Henri et le grand'père d'Agnès, Denise et Henriette) qui sera le tenancier de ce café jusqu'à son décès en 1947 et Joseph Colomar (artiste peintre renommé). Debout, sur la gauche de la porte d'entrée, le propriétaire d'un café de la rue Franklin.

Sur les cartes postales ci-dessus, prises en sens opposés, on remarque la devanture du café Saint-Mathias, dans les années 1910. Un autre café tout proche était le « Grand Trocadéro », on le voit au centre sur la carte de gauche. Il sera détruit en 1982 pour l'aménagement du carrefour. En face du Saint-Mathias la maison de vins et spiritueux Jules Tiers, qui deviendra plus tard un cabinet vétérinaire.

 

 

retour
haut de page

Association Historique
de Mons-en-Baroeul