Association Historique de Mons-en-Baroeul. Active depuis 2000, elle rassemble plus de 150 membres. L'Association Historique de Mons en Baroeul organise des visite du fort de mons, des expositons et des publications

 

Société
Enseignement
Culture
Sport
Entreprises
Commerçants
professions libérales
14-18
39-45

  
 

Actu & Annonces
TREVE HIVERNALE POUR LES VISITES DU FORT MACDONALD

Association Historique
de Mons-en-Baroeul

 

 

Mémoire vivante

 

La rue Franklin

Au début du siècle dernier, la rue Franklin a été très souvent reproduite sur des cartes postales. Plusieurs vues sont surlignées d'une flèche ou d'un signe distinctif pour indiquer aux correspondants un lieu précis. La progression des constructions qui s'est étendue du sud vers le nord, montre un habitat qui a évolué au fil du temps.

 

À l'entrée de la rue, une maison « Pagnerre » a été bâtie (au n° 4 d'après les archives). On y retrouve successivement des réalisations uniformes, une cour appelée Grimonpont, une cité dite « des Lilas », des constructions avec des jardinets en façade (qui se transforment de plus en plus en place de stationnement), des habitations « Loi Loucheur », au n° 66 une autre maison de l'architecte Gabriel Pagnerre, au n° 161 l'ancienne exploitation maraîchère de Rachel et Maurice Hildevert transformée en lotissement, et vers la nouvelle avenue Léon Blum des résidences récentes, sur l'emplacement de l'ancienne ferme Tahon. Les anciens jardins ouvriers, situés à l'angle de cette avenue, ont laissé la place aux bâtiments de l'imprimerie « La Monsoise ». Autrefois cette rue s'appelait rue du Bois, c'est à partir de 1896 que le nom de Franklin a été adopté. L'ancienne partie lilloise de la rue du Nord-Est lui a été rattachée en 1976.

À l'angle des rues Carnot et Franklin existait une maison qui a été détruite pour laisser place à un jardinet. Sur la partie droite, on voit l'ancienne boucherie Deveyer qui a fermé en 1992. Auparavant ce commerce avait été tenu par les familles Dequecker puis Duplouy. Une autre boucherie a existé au coin des rues Franklin et Thiers, le nom des propriétaires Vandecandelaere donnait lieu à un jeu de mot amusant : « Vends des couennes de lard » !

Charles et Henri Polez en avril 1947, à l'extrémité de la rue Franklin, alors occupée par la ferme Tahon (photo de gauche). La cité des Lilas avant sa démolition (sur les deux photos de droite). Plus aucune rue de Mons-en-Barœul ne porte ce nom, quand donc les lilas refleuriront-ils ?

 

L'estaminet-épicerie-mercerie
« Duprez-Lemaire » rue Franklin

L'estaminet-épicerie-mercerie « Duprez-Lemaire », au coin des rues Spriet Tellier et Franklin, est devenu une habitation particulière. Un étonnant cadran solaire a pris la place de l'inscription au-dessus de la porte d'entrée. Sur cette carte postale datée de 1930, on voit au fond des maisons en construction, sous le régime de la « loi Loucheur », destinées à l'accession à la propriété de la population ouvrière. Sur la droite la devanture de l'ancienne boucherie, et au n° 66 la maison, habitée par Paul Lebon, construite d'après les plans de l'architecte Gabriel Pagnerre datés du 1er juillet 1907.

Sur cette autre carte postale (beaucoup plus rare de l'éditeur Laffineur Samin à Hautmont) postée en 1920, et qui porte une surprenante surcharge « 1906 », on remarque l'inscription « Estaminet », tout en haut. La photo de droite à été prise, comme toutes les autres, en juin 2006, soit à un siècle de distance. Ci-dessous, écrite par un militaire allemand le 14 novembre 1914, cette vue de la rue Franklin, avec au fond le même estaminet. L'orthographe « Francklin » était fréquente à l'époque. Cet estaminet était également connu sous le nom « Chez Dequien ».

 

retour
haut de page

Association Historique
de Mons-en-Baroeul