Association Historique de Mons-en-Baroeul. Active depuis 2000, elle rassemble plus de 150 membres. L'Association Historique de Mons en Baroeul organise des visite du fort de mons, des expositons et des publications

 

Société
Enseignement
Culture
Sport
Entreprises
Commerçants
professions libérales
14-18
39-45

  
 

Actu & Annonces
TREVE HIVERNALE POUR LES VISITES DU FORT MACDONALD

Association Historique
de Mons-en-Baroeul

Mons et Vous N° 36 - Janvier 2009

Le groupe scolaire « La Paix », son inauguration

 

 

retour Publications

 

 

Le 17 juillet 1938, fut inauguré dans le hameau de l’an 40, ce groupe scolaire nécessité par l’accroissement de la population de ce quartier.

 

Le Maire Emile de Goedt, s’apprête à couper le ruban qui ferme symboliquement la porte d’accès aux classes, ceci sous l’œil vigilant et attentif du garde champêtre, Henri Prévost, père. Les robes des fillettes sont aux couleurs de la République, bleu, blanc, rouge. Parmi celles-ci nous pouvons citer Mlle Berne qui fut par la suite institutrice pendant quelques mois à l’école Sévigné.

 

Hormis l’enclave du petit Lannoy et les quelques maisons bordant les rues de l’An 40 et du Becquerel, cet endroit n’était qu’une vaste plaine. Cette étendue a vu se construire vers1930, 180 logements HBM (Habitations Bon Marché). Les écoles du centre de Mons étant trop éloignées de ces nouveaux lieux d’habitation, les enfants n’avaient guère le choix que d’aller à l’école Cabanis, rue de Rivoli à Fives, ou à l’école d’Hellemmes, plus proches. La décision d’acquérir un terrain fut prise dès 1933, terrain appartenant au Bureau de bienfaisance. Ce nouveau bâtiment qui comprenait l’école Pasteur pour les garçons, côté boulevard de la Paix, et Louise de Bettignies, pour les filles, côté rue de l’an 40, a été construit suivant les plans de l’architecte de la commune, Monsieur Gaston Brodelle. Toutes les classes se situaient au rez-de-chaussée. Ce n’est que bien plus tard, qu’un étage fut construit.

 

La commune s’était enfin dotée d’un nouveau groupe scolaire implanté selon la situation géographique de la population. Restait la création d’une deuxième paroisse, qui ne verra le jour qu’au début des années 1950.

 

 

Texte Annie Delatte-Regolle
Photo Henri Prévost
 

retour
haut de page

Association Historique
de Mons-en-Baroeul